Cliquez sur l'image ci-dessus pour faire un voyage en musique.

Photos noir/blanc de Marc Audrézet.

Cambodge

L'aéroport est en vue...

Siem Reap,

vers le site des temples d' Angkor.

Zürich - Siem Reap via Krungthep ( Bangkok pour les Occidentaux):

un voyage tranquille, la Thaï-Airways est une compagnie apaisante pour nous et leurs services sont bien meilleures que ceux de la compagnie suisse qui est à nos yeux la dernière à être à choisir quand on voyage vers l'Asie.

A l'aéroport de Dong Muang, à Krungthep, c'est le petit matin, dans ses couloirs on peut voir les effets du Sars sur les gens qui transitent par la Thaïlande: les voyageurs japonais portent tous de masques, les autres ont vraiment l'air d'en être indifférents comme nous le sommes d'ailleurs. A ces heures, les couloirs sont quasiment vides... pas grand monde y traîne.

Nous profitons de changer l'heure de notre départ vers le Cambodge, n'ayant aucune envie de rester à attendre quatre heures dans ces salles d'attente et comme les avions ne sont occupés qu'à 40%, nous trouvons facilement des sièges dans le premier vol du matin  pour Siem Reap. Nous irons par nos propres moyens à l'hôtel où on nous attend dans l'après-midi.

Vous pouvez cliquer sur les images ci-dessous si vous désirez jeter un coup d'oeil sur celui où nous étions logés:

Que vous dire de cette arrivée en pays cambodgien?...

Vu du ciel...

Après avoir survolé une Thaïlande où se croisent une multitude de routes, où les petites villes et les villages s'agrandissent, s'étendent des unes vers les autres, nous sommes arrivés au-dessus d'un pays vide...

Entre la frontière et Siem Reap, un village, une seule route qui ne semblait même pas goudronnée. De la jungle, où tout du moins ce qu'il en reste, de la broussaille, comme si tous les grands arbres avaient été effacés.

Puis, brusquement, quelques routes de terres, un monde d'eau... Comme si le sol était constitué de cratères où se reflétait la grisaille des nuages. Puis du béton, quelques maisons basses, le sol... le tarmac...

Nous avions atterri dans un univers qui ne ressemblait à rien de ce que nous avons connu ailleurs en Asie.