La route de Dalat à Mui Né nous a fait franchir le col de Ngoan Muc une deuxième fois. La route est belle, traverse des villages en nous permettant de voir un peu du quotidien de ces plateaux qui ne sont jamais bien éloignés de la côte de la Mer de Chine : des champs de choux, et de maïs, des troupeaux de vaches... Dans un des villages,toute la structure routière était en chantier, dans un autre, il semblait que tous les paysans agriculteurs apportaient leurs récolte sur des petits chariots tirés par des chevaux. Sur un des flancs de la vallée, une route nouvelle  était aussi en travaux. Son tracé ne faisait pas dans la dentelle en traçant une droite dans le peu de forêt qui restait.

Le col franchit, nous avons descendus les lacets qui mènent à la plaine aride autours de la ville de Phan Rang, nous avons retrouvé cette halte des bus désertique surplombée par deux tours Chams et grimpé dans le minibus vieillot dont je vous avait parlé plus tôt.

Nous avons aussi rejoint la Nationale I qui traverse le Vietnam de Hanoi à Saigon pour traverser une région de plus en plus aride, les collines nous semblaient parfois recouvertes de neige mais ce n'était que de la terre sablonneuse. Tout était pauvre: maisons de bois sur pilotis,souvent isolées au bord de la route, à gauche, en bord de mer, des usines conditionnant des crevettes,à droite une sorte de vide vert jaunâtre, des cactus et du sable.

Quand nous avons quitté la Nationale pour filer droit en direction de la mer, passé ces petits monts vus de la grande route, il n'y a eu plus que notre bus sur le bitume et ces plaines étranges où paissaient ici ou là des vaches squelettiques et où le vent venu de la mer avait semé une multitudes de restes de cornets en plastic.

Parfois nous pouvions aussi apercevoir des tombes entre des buissons épineux...

Jamais nous avions pensé trouver une région pareille au Vietnam !

Mais y étions-nous encore ?!

On pouvait presque se le demander...

Après avoir visité le chapitre: