Hoi An, 75 800 habitants sur les rives du Thu Bon,à 5 kilomètres de la Mer de Chine méridionale, à trente kilomètres de Danang.

Cette ville portuaire fut connue, jadis, sous le nom de Faifo et, du Xylème au XXIème siècle, elle fut l'un des principaux ports internationaux de l'Asie du Sud-Est, une étape incontournable pour les marchands hollandais, portugais, chinois, japonais et autres. De là, ils partaient commercer avec toutes les villes du Vietnam, voire avec la Thaïlande et  l'Indonésie. Elle fut contemporaine avec des cités comme Macao et Malacca.  Son port fut supplanté par Danang au 18ème siècle. 

Cet "oubli" pendant plusieurs décennies a préservé la ville d'une urbanisation moderne et non contrôlée. Le centre-ville est resté tel qu'il était au 19ème siècle mais son ambiance est détériorée par toutes les motos qui n'y cessent de circuler. Dommage.

La ville a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1999.


"Hoi An était une ville prospère située sur la route de la soie. Les riches marchands y ont construit de grandes et solides maisons en bois. Flâner dans cette ville est un véritable plaisir car tous les styles se retrouvent à Hoi An: les Chinois, Japonais, et même Français sont présents dans l'architecture (à noter: cette cité est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco avec 844 bâtiments répertoriés pour leur intérêt historique et architectural).
L'un des monument les plus intéressant est le pont Japonais couvert qui fut construit pour relier les communautés Chinoises et Japonaises. Chaque extrémité est gardée par un couple de chiens et de singes.
De nombreuses maisons en jaquier (bois noir et très dur), remplissent la ville d'un charme fou. Surtout, n'hésitez pas à entrer à l'intérieur si l'on vous y invite (souvent par des personnes âgées qui ne vous demanderont qu'un peu de votre temps et quelques échanges en Français).
Les maisons aux façades colorées de jaunes et aux volets turquoises qui se reflètent dans la rivière, le trafic des sampans, son marché riche de milles produits, odeurs et saveurs..."
Avis de ardibat sur Hoi An, Vietnam du 4 septembre 2000


Hoi An, l'ancienne cité de Faifo située sur la rivière Thu Bon à 30 km au sud de Danang est l' une des plus charmante ville du Vietnam. Plus que partout ailleurs, c'est ici  que le temps c'est arrêté pendant plusieurs décennies pour vous distiller des émotions inoubliables.

Hoi An était une ville prospère, située sur les routes maritimes du commerce de la soie.  Elle connut une expansion à  partir du XVe siècle, les riches marchands y installèrent des comptoirs et  construisirent de grandes et solides maisons en bois. Flâner dans cette ville est un véritable plaisir, tous les styles se retrouvent à Hoi An: les Chinois, Japonais, et même Français ont marqué l' architecture de cette cité inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco. hoian.gif (23674 bytes)844 bâtiments sont répertoriés pour leur intérêt historique et architectural.

Certaines toitures sont recouvertes de milliers de tuiles concaves et convexes, style "ying yang", ce symbole se retrouve sur les portes des maisons et ainsi protége ses habitants.
L'un des monument les plus intéressant est le pont Japonais couvert, construit en 1593 pour relier les communautés Chinoises et Japonaises. Chaque extrémité est gardée par un couple de chiens et de singes.
De nombreuses maisons au bois noir et très dur (le jaquier) méritent votre attention.  N'hésitez pas à entrer à l'intérieur quand vous y êtes invités.

Les maisons  aux façades  colorées de jaune et aux volets turquoises qui se reflètent dans la rivière, le trafic des sampans, son marché riche aux mille produits, parfums et saveurs sont autant de raisons pour venir à Hoi An.

Le port depuis qu'il s'est ensablé a laissé sa place à Danang à la fin du XIXe siècle. Il n' est plus fréquenté que par des sampans, protégés des mauvais esprits par un oeil bienveillant.

Le site officiel de la ville d'Hoi An:

Après avoir visité le chapitre: