PALABRES...

Texte de Mlle Véronique Simonnet

 

Si l’on regarde le monde comme une grosse bulle sur laquelle les hommes courent sans cesse, la plupart du temps sans savoir où ils vont, on s’aperçoit qu’ils sont comme de petites lucioles, remplis de lumière, pourtant ils se cognent et se butent insensible à leur propre clarté.

C’est leur petit cœur qui brille comme ça car il est rempli d’amour. L’amour, denrée rare semble t’il, c’est d’ailleurs ce qu’ils recherchent tous, parfois sans même le savoir, sans savoir qu’il est là partout et surtout au fond de nous. Moi aussi j’ai longtemps couru sans savoir vers quoi jusqu’à ce que je trouve, certes aidées aussi par mes dons médiumniques, et comprenne.

Comment?

N’allez pas croire que cela est chose facile et il faut du temps, mais aucun obstacle n’est infranchissable car il est à votre portée. Pour ce qui suit point besoin est d’être médium car c’est une question de choix et de courage, et seul, vous êtes responsable de votre choix, même si vous avez la certitude du contraire.

Ceci est la première leçon.

À partir du moment où nous acceptons d’être responsable, nous sommes aptes à l’introspection, prêt au recul nécessaire et à la compréhension des mécanismes de défense que nous avons mis en place. Aller à la découverte de sa propre lumière c’est d’abord se connaître soi.

Le courage réside dans l’absolu nécessité de ne pas se mentir à soi même, que vous alliez à la recherche de votre identité par vous-même, aidé par des lectures ou par une tierce personne. Là encore vous seul pouvez être juge car le mensonge vient de vous, sachant que l’on se ment bien mieux à soi-même qu’aux autres. C’est le piège. Très bien caché parce que l’on cherche toujours la vérité ailleurs qu’à l’intérieur de nous -même. C’est facile à supporter quand la “faute” incombe aux autres, par contre rien de pire que le sentiment de culpabilité! Le courage nous aide et réellement nous en sommes capables.

Volonté et patience sont les maîtres mots.

Plus nous apprenons à nous connaître et plus nous refusons ce qui nous fait souffrir allant vers ce qui est bon pour nous. C’est l’arrivée de cet Amour tant désiré car enfin nous sommes dans une dimension d’amour avec nous même, nous respectant davantage parce qu’à l’écoute de nos propres désirs et non de ceux des autres.

Pourquoi est-ce l’arrivée de l’Amour avec un A majuscule?

Parce que sans que vous le sachiez en vous remplissant vous-même d’amour vous vous mettez à la même dimension que la Vie.

C’est la deuxième leçon.

La Vie n’est qu’amour et elle-même donne. La période qui précède une grande avancée dans le processus de connaissance de soi est légère, généreuse, la Vie semble nous gâter, elle l’a toujours fait mais nous étions inaptes à le percevoir alors encore moins à le ressentir et à le vivre.

Le vivre c’est la clé. Quand nous sommes ouverts et réceptifs, uniquement dans le sensible et non dans la projection, nous nous relions directement à la source de la Vie, c’est pour cela que nous percevons ses bienfaits. Tous ces petits hasards, ou comme nous la nommons faute de savoir, la chance, ne sont autre que cadeaux de la Vie. La vie est donc douée d’amour?

C’est la troisième leçon.

Mais alors, si je suis en état d’amour avec moi-même, et qu’en plus la Vie m’aime, plus rien ne m’aime plus! Parce Que j’ai grandi et que j’ai appris à comprendre donc à dominer ce qui autrefois me faisait mal, le négatif ne fait que m’effleurer et encore je ne le considère même pas comme tel car je sais qu’il est une leçon nouvelle à apprendre. Parce que j’ai appris à voir et à recevoir ce que la Vie me donnait mon cœur s’est ouvert et le flux d’amour qui en émane se mélange avec celui de la Vie, je suis et je suis dans l’Amour.

Mais d’où vient cet Amour?

SECRETS D’UNE MÉDIUM:

Ce que je vais vous raconter n’est pas le fruit de mon imagination mais belle et bien la réalité, j’ai d’ailleurs été la première surprise!

Jusqu’à présent je n’avais pas de croyance précise, si ce n’est qu’il devait bien y avoir quelque chose de “supérieur” à nous. En effet, ayant déjà pris l’habitude de voir, de communiquer avec des morts que je ne connaissais pas, puisqu’ils faisaient partis de la famille de ceux à qui je tirais les cartes, je me doutais bien qu’il y avait une dimension cachée à tout cela! Mais quoi exactement mystère! De même, comme beaucoup j’avais des sensations très fortes dans certains lieux, du picotement des mains à l’émotion très forte qu’elle soit agréable ou au contraire très oppressante. Et puis un jour c’est arrivé!

Je me promenais au bord d’une rivière, tranquillement, puis je m’assis et regardai les canards! Rien d’extraordinaire...

A un moment je sentis une forte protection. Papa? Il était mort quelques années auparavant. Non, c’était trop fort. Parce-qu’il fallait bien mettre un mot sur cette “chose” je me dis: un ange? Non, pas assez fort. Un archange alors? Je dois préciser que je ne croyais ni en les anges, alors encore moins aux archanges, quant à Dieu, j’en étais loin! A la question archange, la réponse était négative. Bon et bien qu’est-ce qui est plus fort qu’un archange? Je dois préciser que cette force protectrice augmentait au fur et à mesure que je me posais toutes ces questions, et qu’elle m’enveloppait complètement. Moi, j’étais toute à mes pensées, et ne sentais ni le sol, ni mon corps, je ne voyais même plus les canards, du moins je les voyais sans les voir, et je n’entendais plus rien, toute à mes réflexions.

Qu’est-ce? Dieu?

Et là un voile s’est déchiré.

Au moment où j’écris ces lignes, les larmes me reviennent aux yeux. L’Évidence m’est apparue, et avec elle une compréhension fulgurante de Tout. Mon corps, mon cœur, mes poumons, ma raison, tout ce que je tenais pour vérité a explosé! J’ai éclaté en sanglot. Je tremblais, je m’étouffais dans mes pleurs, je ne contrôlais plus rien! Interloquée, je me demandais pourquoi je pleurais. La Force protectrice avait atteint les limites que je pouvais supporter. Je ne pleurais ni de tristesse, ni de peur, ni nerveusement, mais parce-que je recevais une dose d’Amour comme jamais je n’avais pu ressentir! Cette Force, qu’instantanément j’avais compris être Dieu (moi je l’appelle force d’Amour Universelle) était douée d’un magnétisme et d’un pouvoir mental au-delà de l’humain. Sa seule composante humaine était cet Amour si fort, si pur, inconditionnel, inaltérable, les mots la limite! Une phrase de la Bible me revint, que je compris enfin: “je ne suis pas digne de te recevoir”. Moi qui n’est ni tué, ni volé, je ne comprenais pas pourquoi je recevais tant d’Amour. Mais qu’est-ce que j’avais fait pour mériter cela? Rien justement. Et je savais que toute vie sur Terre, qu’elle soit minérale, végétale, animale ou humaine était aimée de la même manière. Que l’on soit bon ou mauvais, éveillé, croyant, athée, “hérétique” (!), sataniste, ce n’était que jugement humain, et elle cette Force d’Amour ne jugeait pas, elle aimait. Ni homme, ni femme, tellement loin de cette dichotomie là encore toute humaine, elle nous comprenait, nous donnait de l’Essence d’Amour, et encore une fois parce qu’elle ne nous jugeait pas, nous mettais face à nos propres responsabilités.

Je m’aperçus que j’étais dans un cône de lumière qui allait jusqu’à une étoile luminescente grosse comme la moitié de la Lune, et ce en plein jour! Je comprenais aussi, du moins uniquement intellectuellement, que cette Lumière, Dieu, était en moi, en nous depuis toujours. On avait juste un peu poussé le processus pour que j’ouvre les yeux, les yeux étant en l’occurrence, le cœur! Mourir c’était se retrouver dans ce bain d’Amour Absolu! En plus j’avais une vision globale de l’Univers, et je voyais comment tout fonctionnait avec une parfaite logique, comment l’Univers était régi par une relation de causalité.

Quand je suis à peu près revenue à moi, c’est à dire que j’ai revu les canards, ressenti l’herbe sur laquelle j’étais assise, je n’étais plus moi même! J’étais extasiée! J’avais l’impression que mon torse avait gonflé, parce qu’il s’était rempli d’amour, et tout me semblait magnifié. L’asphalte, l’herbe, le ciel, la route, le trottoir, les maisons, les gens (je revenais chez moi) me paraissaient extraordinairement beaux! Je devais être transfigurée, car les quelques personnes que j’ai rencontrées sur mon chemin ce jour là, m’ont regardé avec beaucoup d’amour et de soumission, au lieu d’être indifférents!

Je ne suis pas redescendu sur terre tout de suite.

Ceci était ma première révélation: tout ce n quoi j’avais rêvé, rêve d’enfant où tout n’est qu’amour, perfection, entendement existait! Dieu, Shiva, Bouddha, Allah, le Grand Architecte de l’Univers, ou Force d’Amour Universelle, existait, réellement, je l’avais rencontré! Quelle chance!

Avec du recul je me rends compte que pour recevoir ce genre de révélation on a intérêt d’être équilibré, sain, modeste, autrement on devient fou, perdu d’orgueil! La seconde révélation viendrait quelques années plus tard alors que je luttais pour ne pas mourir...

Le hasard ou plutôt la vie fait bien les choses! A Djibouti, lors d’une journée qui s’annonçait pleine de plaisir,( j’allais à la plage), j’ai connu en fait les sommets de la douleur et la mort! Je me suis fait mordre par un serpent de mer, et en l’espace de dix minutes tout mon corps s’est bloqué, broyé de l’intérieur. Inutile de se perdre dans les détails, ce qui est important c’est ce qui m’a sauvé de l’inéluctable, et le secret précieux qui m’a été confié...Il faut savoir que lorsqu’on est en train de mourir on en a une conscience aiguë de ce qui se passe, ainsi de l’extrême souffrance physique j’étais arrivé au stade où ne l’on sent plus corps, et ou de terrestre il ne reste que la vue, une vue exacerbée. Je me souviens très bien que je percevais chaque détails du paysage, chaque demi teintes.. Et puis arrive le moment où votre corps n’a plus l’once d’un millième de force, comme une coupe vidée jusqu’à la lie. C’est la fin. Et c’est à ce moment que m’est venue une dernière étincelle d’énergie, ultime révolte, et que j’ai prié. “Papa, aide-moi!” C’était la rage du désespoir. A ce moment j’ai vu un faisceau de lumière le long de ma colonne vertébrale et j’ai entendu une voix qui me disait, “puise c’est de l’Énergie vitale”. En pensée mes deux main se sont servies à cette source et je suis revenue dans mon corps, lieux de mille souffrances! J’étais sauvée!

C’est bien après que j’ai fait le rapprochement entre cette énergie intérieure que l’on a tous mais que l’on ne soupçonne même pas, et l’étoile lumineuse lors de ma première révélation. C’était la même chose! Bien sûr intellectuellement j’avais compris que le divin était en nous, mais là j’avais la preuve que l’Énergie de Vie Universelle, ce qui est à la base de toute forme de vie, la Force Universelle d’Amour et nous c’était exactement la même chose! Seule la “boîte” qui contenait cette énergie et qui est notre corps terrestre, nous en séparait physiquement! De plus, quand on mourrait terrestrement, on revenait en fait à cette Vie Universelle en se débarrassant de notre corps, donc la mort c’était la vie! Ceci fut ma deuxième révélation.

Ainsi, nous venons tous d’un même principe de Vie et d’Amour, sous forme de champs d”énergie magnétique. A l’origine nous ne faisons pas partie de la Vie, nous sommes la Vie. Or comment comprendre ce qu’est la Vie si on est soi-même la Vie! On ne peut pas être et vivre la vie (être le signifiant et le signifié), l’incarnation nous permet de comprendre ce qu’est la Vie puisqu’on la vit, et ensuite d’Être la Vie en conscience, c’est à dire d’Être la Vie tout en sachant ce qu’est la vie! Cela permet de générer que du positif, puisque cela s’accomplit en conscience et que le conscience nous guide naturellement vers l’Amour!

C’est la troisième révélation!

Écrivez-lui:

 

Fermer la fenêtre